JEAN CLAUDE ESPINASSE

JEAN CLAUDE ESPINASSE

Les lumières du rêve


Follow this member



Né en 1943 à Montpellier, Jean Claude Espinasse a toujours manifesté son désir de dessiner.
Ancien élève de Camille Descossy et de Georges Dezeuze avec lesquels il a étudié le dessin et la peinture ; il a tout au long de sa carrière exprimé à travers son regard enraciné sur sa terre languedocienne, le sens véritable de son talent. « La passion de peindre s’est toujours montrée
semblable à celle de vivre et de faire vivre. Peindre est un langage, un moyen de liaison : Une preuve de l’existence mais aussi de confiance dans cette existence » écrivait Paul Eluard.
Nul doute, que Jean Claude Espinasse, nous met en présence du véritable intérêt de l’esprit Ancien élève de Camille Descossy et de Georges Dezeuze avec lesquels il a étudié le dessin et la peinture ; il a tout au long de sa carrière exprimé à travers son regard enraciné sur sa terre languedocienne, le sens véritable de son talent. « La passion de peindre s’est toujours montrée en étroite harmonie avec le langage du cœur ; quand on sait que la peinture est un acte d’affirmation, de présence et de vie, son art fait jaillir la vérité, la vérité de l’être tout simplement.
L’Artiste ne ment pas, ne se cache pas derrière sa création. Elle s’établit spontanément en étroite liaison avec sa pensée, son sentiment authentique, sa grande sincérité et sa générosité sans faille.
Il nous invite à parcourir son œuvre exprimée par deux axes complémentaires : l’un figuratif, l’autre abstrait, se rejoignant dans cette grande symphonie de couleurs judicieusement et harmonieusement disposées sur la toile, à la manière d’un magicien, en accord intime et incessant avec la fugace beauté universelle.
Tous les éléments de ses tableaux marquent une grande volonté, un grand souci de rigueur dans l’interprétation chargée du feu de son émotion qu’il nous communique entièrement.
En parcourant son œuvre, nous pourrons associer le sentiment de cette déclaration sans équivoque d’Eugène Delacroix : « Un tableau est avant tout une fête pour les yeux » .

Jean Pierre Courdier

Gallery